Civilization Revolution 2

Une version simplifiée d’un jeu Civilization m’a toujours semblé un oxymore. Prendre la célèbre série de stratégies au tour par tour addictive de Firaxis sur le guidage d’une nation des cavedwellers aux spacefarers et essayer de faire en sorte que cela fonctionne comme un jeu iPad rapide et facile a, comme on pouvait s’y attendre, rencontré des résultats mitigés. Civilization Revolution 2 a certainement des traces de cet élan et de cette tension « juste un tour de plus », et il a la marque hilarante et guerrière de Gandhi, mais c’est une pâle ombre de la grandeur des jeux Civilization complets.

Choisir l’un des 18 leaders bien variés, allant d’Abraham Lincoln à Gengis Khan en passant par une version sexuée légèrement dérangeante de Catherine la Grande, et sauter sur une carte aléatoire de carrés de terrain colorés fonctionne bien avec les commandes tactiles de l’iPad. Des bonus comme les routes à moitié prix des Romains et la capacité des Mongols à conquérir des camps barbares et à les transformer en colonies libres les distinguent vraiment. Cependant, s’il s’agit de votre premier jeu Civ Rev, il faudra peut-être quelques jeux pour apprendre des aspects cruciaux du combat et du commerce que le didacticiel et la Civilopedia étonnamment clairsemée ne prennent pas la peine de vous dire.

Ce qui est bizarre, c’est qu’en dehors du combat, le manque d’informations n’a pas beaucoup d’importance. En fait, j’ai fini par gagner mes deux premières parties de trois à quatre heures en difficulté Roi et Empereur sans vraiment comprendre comment cela s’est passé. Au moins, les différentes conditions de victoire, comme opter pour la culture au lieu de la conquête ou essayer de construire un vaisseau spatial pour coloniser d’autres mondes, valaient la peine de recommencer.
Une fois que vous maîtrisez les choses, il devient assez facile de contrôler une armée et un empire de villes en pleine expansion. Vous n’avez pas à vous soucier de choses comme l’amélioration du terrain, car la plupart des améliorations apportées aux ressources de vos villes proviennent de mises à niveau automatiques de la technologie au lieu de gérer les travailleurs. Cette simplification fonctionne plutôt bien, mais certaines des autres mesures prises pour minimiser la microgestion finissent par créer un travail assez ennuyeux.

Par exemple : pour être efficace au combat, vous devez combiner trois unités identiques, telles que trois guerriers, en une seule unité de super armée qui combine leurs statistiques d’attaque et de défense. C’est bien, mais après les premières batailles, j’ai commencé à me demander pourquoi ces unités individuelles complètement inefficaces existent si elles n’ont aucune chance contre autre chose qu’un colon ennemi. Il n’y a même pas la possibilité de mélanger et de faire correspondre différents types d’unités dans une équipe pour compléter les faiblesses de l’autre. Alors, quel est le point?

Encore plus ennuyeux : vous ne pouvez pas payer d’or pour améliorer des unités obsolètes, comme lorsque les guerriers sont remplacés dans le menu de construction par des légions. Donc, si vous avez un guerrier solitaire, vous ne pouvez pas construire deux autres guerriers pour former une armée, et vous ne pouvez pas non plus dissoudre le guerrier existant pour de l’or. Il n’est que du fourrage. Cela vous oblige à constamment construire de toutes nouvelles unités pour vous asseoir au-dessus des défenseurs existants dans chaque ville, ce qui crée plus de tracas lorsqu’il s’agit de trouver l’unité que vous voulez. Cela n’aide probablement pas non plus la fréquence d’images en fin de partie (ce qui, pour être juste, affecte tous les jeux Civ).
C’est une tribu intelligente !

J’ai également rencontré d’importants problèmes d’IA. À tous les niveaux de difficulté, à l’exception du niveau de déité ridiculement injuste, les autres pays étaient pour la plupart passifs. Surtout lorsqu’ils sont séparés par de l’eau, ils ont pour la plupart laissé mon expansion incontrôlée et m’ont permis de consacrer toutes mes ressources à la science et à la culture pour des gains faciles. Considérant qu’il n’y a pas de mode multijoueur dans Civ Rev 2, c’est une déception.

J’ai aussi raté la mini-carte. Civ Rev 2 ne vous donne pas un moyen de voir la planète entière, que ce soit avec une petite carte ou en effectuant un zoom arrière assez loin pour avoir une perspective sur les choses, il est donc difficile d’être conscient de la situation mondiale. Quand j’ai commencé à m’enfuir avec un jeu et à approcher de la victoire, j’ai continué à recevoir des déclarations de guerre de civilisations sans vraiment savoir où elles se situent par rapport à moi et si je dois m’en soucier.
Verdict
En tant que fan de Civilization avec des milliers d’heures de jeu dans la série, il m’est difficile d’entrer dans la conception simplifiée de Civilization Revolution 2. Cela n’en fait pas un mauvais jeu – il offre de bons contrôles et une variété de leaders, de cartes et scénarios, et peut facilement maintenir l’élan pendant plusieurs heures de grande stratégie. Mais avec un travail ennuyeux et une IA ennuyeuse, il manque la profondeur et les défis intéressants qui donnent à ses grands frères et sœurs leur endurance. C’est correct, mais pas dans la même ligue que les jeux qui ont rendu cette série célèbre.

Télécharger Civilization Revolution 2

À propos boris

Ce site est dédié aux fans inconditionnels des applications Android sur leurs PC. De nombreux émulateurs existent afin de les faire fonctionner. Il y a tellement d'application que on ne sait pas vraiment laquelle choisir. Ce site vous aidera en quelques sortes à vous décider.
Quitter la version mobile